Historique de la maison

piscine

La « Gentilhommière du Puits Notre-Dame », possession de la famille Taillefer à la fin du XVIIe siècle, passa dans celle des Talleyrand-Périgord à la suite d’un échange de biens conclu en 1727 entre Marguerite de Taillefer et son beau-frère Gabriel de Talleyrand. Alors Seigneur de Grignol, Beauséjour à Saint Léon, Mauriac et Prince de Chalais, il était l’arrière grand-père du célèbre « Diable boiteux » Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord.

Il la céda à Gabriel Pajot de la Forest, régisseur du château de Beauséjour à St Léon et juge à Mauriac.

maison_historique1

A la Restauration, la maison devint un couvent des Sœurs de Sainte Marthe, congrégation locale consacrée aux soins des malades et à l’enseignement.

Clin d’œil de l’histoire : le maître de maison a découvert qu’il habitait la gentilhommière de ses ancêtres, ce qu’il ignorait en l’acquérant…

A la fin du XIXe siècle, elle fut rachetée par la famille Desgraupes dont le petit fils Pierre, fut un des pionniers de la télévision et l’animateur de l’émission alors célèbre : « Cinq Colonnes à la une ».

maison_historique2

Ses propriétaires actuels retrouvant leurs racines périgourdines s’attachent à la restauration de la demeure dans un souci de respect du passé.

La maison ouvre en façade sur une vaste cour aux parterres gazonnés, bordée de « communs » aux beaux toits de tuiles.

Au centre s’élève un puits couvert fleuri.

Haut de page